l’initiative de l’employeur

Durant sa vie de technicien, chaque employé peut se former. Une ouverture à la formation continue reste envisageable via divers procédés : CIF, DIF, VAE, mais également au plan de formation, qui reste une alternative du directeur. Un refus de poursuivre une formation déterminée par son employeur comporte un délit.

Obligation de l’employeur

L’employeur doit obligatoirement programmer la culture de ses employés et ceux durant l’exécution des clauses de travail, et garantir l’acclimatement des salariés à leur poste. Il s’applique aussi au maintien de leur habileté à exercer une mission, relative à l’essor des activités, de la technologie et des plannings. En cas de suppression de poste : reclasser des ouvriers touchés s’ajoute à celle ciblant à garantir leur adaptation à la nouvelle fonction, plus particulièrement par une formation appropriée et complète. En cas d’engagement d’un jeune en clause d’insertion en alternance, la planification de l’éducation est fixée par l’employeur, qui contraint le jeune à poursuivre les cours prévus.

Méthodes d’orientation

Il existe des procédés qui permettent d’aiguiller l’éducation telle que l’échange pro ou le bilan d’aptitude. Nombreux dispositifs décidés par l’employeur aident à la mise en place des opérations de formation pour ne citer que le plan de formation, la période de professionnalisation, le droit individuel à la formation, la VAE ou validation des acquis de l’expérience. Les tarifs sont aux frais de la société et les charges de restauration et d’hébergement. Si les cours se passent en général durant les heures de travail, on peut étudier après le travail en fonction de certaines modalités. À ce terme, une subvention de formation d’une somme équivalente à 50 % du salaire net de référence de l’employé est acquittée par l’employeur.

Spécificités des formations

L’efficacité des procédés d’étude à l’initiative de l’employeur résulte de différents critères facteurs dont trois semblent cruciaux : le résultat de l’opération économique et de la taille des sociétés ; l’effet de la formation professionnalisante initiale ; l’influence du planning du dispositif de connaissance continue. De même si le bilan de compétences, VAE ou VAP85 est sollicité par le directeur, il ne peut être effectué qu’avec l’aval du salarié. Ce dernier a droit à un sursis légal d’une dizaine de jours pour décider. Entretemps, l’employé peut se renseigner auprès des centres présentés par son employeur et sur le développement des cours. Le bilan de compétences et la VAP85, doivent être anticipés d’un pacte tripartite entre le travailleur, le centre escortant et l’employeur.

Articles similaires