Les murs qui font obstacle au travail des personnes handicapées

Publié le : 04 novembre 20215 mins de lecture

Aujourd’hui encore, peut-être en raison d’un manque d’informations correctes de la part des organismes compétents, on a tendance à faire des confusions quand on parle de handicap et de travail, et donc tout devient plus difficile des deux côtés : le travailleur et l’entreprise. S’il est vrai qu’il y a beaucoup de chômage, avec des différences importantes entre le Nord et le Sud, il est également vrai que le manque de culture dans le domaine des contrats conduit la personne handicapée à avoir de plus grands problèmes d’intégration. On souhaite rappeler à ceux qui ne le savent pas encore qu’il existe une loi, précisément celle du 12 mars 1999 n° 68, entrée en vigueur le 25 janvier 2000, qui a été complètement réformée et qui réglemente l’emploi des personnes handicapées, précédemment réglementé par la loi n° 482/1968.

L’obstacle

Selon l’article 3 de la loi susmentionnée, les entreprises privées de 15 à 35 salariés sont tenues d’employer un travailleur handicapé. La loi n° 68/99 contient en outre plusieurs règles concernant les administrations publiques. Les personnes handicapées, par exemple, peuvent participer à tous les concours publics. Malgré cela, une personne handicapée désireuse de travailler trouve de nombreux obstacles devant elle : il y a les barrières architecturales, le manque d’information, mais le plus grave de tous est probablement le préjugé. De nombreuses personnes pensent à tort qu’une personne handicapée n’est pas capable d’accomplir des tâches, qu’elle n’est donc pas à la hauteur de ce qu’on lui demande, ou qu’elle peut apporter des problèmes, voire nuire à l’image de la société.

Il peut donc arriver que la personne handicapée ne se voie pas attribuer un poste au front office, mais soit reléguée à l’arrière du bureau, voire à l’arrière ou à l’entrepôt. Il ne s’agit pas de « perturber » la vue d’éventuels clients. Absurde, mais malheureusement terriblement réel. Par conséquent, cette relation difficile entre les personnes handicapées et le monde du travail crée une sorte de blessure sociale qui, si elle n’est pas traitée à temps, finira par contaminer l’ensemble du système. Par exemple, en Italie, il y a beaucoup de journalistes « à roulettes », mais presque personne ne les connaît, et ce parce qu’on les voit rarement apparaître à la télévision pour réaliser des émissions ou des informations. Même s’ils sont très bons, ils doivent se « contenter » de rester dans les coulisses et d’écrire ou de rendre des services sur le terrain, mais n’apparaissent presque jamais.

Solutions liées aux problèmes

Comme si une chaise avec des roues pouvait déranger le public. On doit changer totalement l’état d’esprit et apprendre à voir la personne et non son handicap. Tant que cette façon de penser continuera d’exister, il sera difficile d’éradiquer le mot « préjugé ». On doit se rappeler que la force d’un pays est constituée par la solidité de son économie, mais si celle-ci commence à céder, à vaciller parce qu’il manque une partie de la main-d’œuvre, pour les raisons mentionnées ci-dessus, à long terme se formeront des fissures qui deviendront de plus en plus grandes et difficiles à guérir. Pour les personnes handicapées, il existe des cobayes qu’il suffit de croiser. En outre, depuis quelques années, plusieurs sites sont apparus sur Internet qui publient des offres et des demandes de travail destinées aux personnes handicapées. Pour ceux qui ont des difficultés à se déplacer, il existe également le télétravail, qui peut être effectué facilement depuis la maison. La première conférence nationale sur la gestion des handicaps en Italie a été organisée le 25 novembre à Milan. Ce thème est encore peu connu en Italie, contrairement à d’autres pays (comme les États-Unis et le Canada), où il est répandu depuis la fin du siècle dernier. L’objectif est de se concentrer sur les projets qui ont eu jusqu’à présent des résultats positifs et concrets, afin d’en mettre en œuvre de nouveaux et de créer les conditions d’un emploi effectif des personnes handicapées au sein des organisations.

En outre, on cherche des solutions aux problèmes qui empêchent les personnes souffrant d’un handicap, quel qu’il soit, de trouver un emploi. S’il est vrai que le chemin vers la recherche d’un emploi pour une personne handicapée est semé d’embûches, dans de nombreux cas, il y a également un manque de volonté de s’impliquer à nouveau par peur de ne pas réussir. Certaines personnes handicapées, devenues handicapées à la suite d’un accident, ressentent le poids de la diversité par rapport à avant et la plus grande « barrière » qu’elles rencontrent est celle avec elles-mêmes. Une fois vaincus, rien ni personne ne pourra les arrêter.

Plan du site