formation de CACES

Selon le constat, environ 626.227 accidents de travail ont été recensés durant ces dernières décennies. Un chiffre qui ne peut être pris à la légère et dont la majorité provient d’une mauvaise manie des chariots élévateurs. Certes, il s’agit du niveau historique le plus bas, mais pour éviter un surplus de dommage, la législation contraint tout cariste à suivre une formation auprès de la CACES.

Que faut-il savoir sur la formation de CACES ?

Le CACES se traduit tout d’abord par le certificat d’aptitude à la conduite d’engins et de sécurité. Autrefois négligé par les caristes, la formation caces est devenus un must pour ceux qui désirent obtenir l’autorisation de conduire un chariot automoteur. Une autorisation qui d’ailleurs ne peut être attribuée que par l’employeur. Notez que ces apprentissages touchent aussi bien les chariots automoteurs que les grues des champs. Tant que l’engin est destiné à supporter un poids considérable de marchandise, le conducteur doit suivre une formation manutention du chariot. À cette optique, le cariste devrait en mesure de connaître les spécificités du chariot. C’est uniquement après qu’il pourra se familiariser avec les règles de sécurité. Sachez qu’une telle formation de sécurité au travail s’adresse aux stagiaires novices ou expérimentés, à tout salarié nouvellement embauchés, aux employés qui ont changé de poste ou ceux qui sont affectés au poste de cariste pour une durée déterminée. Par ailleurs, ces salariés ont le choix, entre suivre un apprentissage en ligne ou dans les locaux de l’entreprise.

Que comprend la formation ?

La formation sécurité au travail offert par CACES comprend un apprentissage théorique et pratique. La version théorique se bornera en premier lieu sûr les différents types de chariots élévateurs et leurs spécificités. Cela inclut le fait de se familiariser avec les outils y afférents et la manie de ces équipements. Comme l’objectif de la formation est d’assurer la sécurité du cariste et de son environnant, ce dernier doit aussi maîtriser les règles de conduite. À cet effet, il doit connaître par cœur les différents panneaux de signalisation. Il en va de même pour la maîtrise des 4 étapes pour la prise de poste. Par ailleurs, le cariste n’est pas sans savoir qu’il doit arborer un uniforme pour renforcer la sécurité. Enfin, une mise au point sur les règles de sécurité et les accidents est plus que nécessaire avant de clore la formation théorique. Les accidents sont en effet à craindre et le cariste doit adopter les bons comportements face à de telles éventualités. Pour ce qui est de la partie pratique, le tuteur reste à l’entière disposition de l’apprenti. S’il s’agit d’une formation en ligne alors les exercices d’apprentissage peuvent se faire en fonction du lieu choisi par le cariste. Dans le cas contraire, cela doit se faire dans les locaux de l’entreprise.

Qu’en est-il du déroulement de la formation ?

Certes, la formation caces s’adresse à tout public intéressé, mais l’apprenti doit être tout au moins âgé de 18 ans. Il doit aussi être en bonne santé pour ne pas compromettre sa sécurité et celle de son entourage. À cet effet, il est indispensable de fournir une attestation prouvant son aptitude médicale à son employeur et à son tuteur. Enfin, la maîtrise des socles communs de connaissance et des compétences reste facultative, mais vivement recommandée. La durée de l’apprentissage est indéterminable, il dépendra uniquement du niveau d’expertise du cariste. Pour ce qui est des examens, la partie théorique se présente souvent sous forme de QCM. Notez que les questions tournent souvent autour des règles de sécurité et la capacité de conduire du cariste. Donc il est indispensable de bien s’y préparer. La version pratique dépendra uniquement de la disponibilité du tuteur. Lorsque le candidat aura réussi les épreuves, le certificat de CACES lui sera remis en bonne et due forme, lui permettant ainsi d’obtenir une autorisation de conduire le chariot élévateur en toute sécurité.